Greta Thunberg : la guerrière du changement climatique

La jeunesse. La conscience. La prise de conscience. Engagement. Le courage. Détermination.

Ce sont à peu près les choses qu’il faut pour changer le monde. Ou au moins essayer d’avoir plus de chances de le faire. Eh bien, Greta Thunberg les a tous. La jeune Suédoise de 16 ans est sur la scène mondiale depuis plusieurs mois. Pas pour les ragots ou la frivolité, selon certains adultes, peut-être le seul moyen de faire parler de soi à cet âge. Non, elle fait ce que certains adultes au pouvoir refusent de faire depuis des années : elle les oblige à affronter la réalité. Notre planète est en danger. Notre avenir est en danger. Et ceux qui continuent à « crier au complot » au sujet du changement climatique n’ont jamais été aussi ridicules.

Nous vous racontons en quelques lignes l’activité, ou plutôt l’activisme de Greta et ce que ses mots et ses gestes déclenchent d’un bout à l’autre du globe.

La voix de ceux qui veulent reprendre l’avenir en main

Mai 2018 : un journal suédois lance un concours. Une petite fille avec un essai sur l’environnement le gagne et il est publié. Un militant le lit, est impressionné et invite tous les étudiants à une grève quelques jours plus tard. Seule la fille à la rédaction adhère, et va s’asseoir devant le Parlement de Stockholm avec une pancarte :  » grève du climat scolaire « . Elle continue ainsi pendant des jours, des semaines, jusqu’à ce qu’elle décide de limiter la grève aux seuls vendredis, afin de ne pas manquer tous les jours d’école. Bien que, comme elle le dit, à quoi bon aller à l’école pour apprendre des choses à mettre en pratique dans le futur que nous n’aurons probablement pas ? Cette fille est Greta Thunberg. Peut-être ne savait-elle pas encore, en ces jours de mai, qu’elle avait mis en marche une machine puissante et imparable. Elle a d’abord convaincu ses parents de l’urgence de prendre cette question au sérieux. Puis elle a commencé à être entendue par la presse internationale.

Aujourd’hui, elle parle à des centaines de milliers de jeunes qui ne la laisseront plus seule dans cette grève du vendredi. Et en effet, le 15 mars 2019 a eu lieu la première grève mondiale pour le climat, soutenue par le mouvement qui est né avec l’activité de Greta : Fridays For Future. 1,6 million de personnes sont descendues dans les rues du monde entier pour protester, dont 370 000 en Italie (le nombre le plus élevé parmi les pays d’Europe).

Les fameux 2 C° dont les scientifiques parlent depuis des années sont devenus un objectif si urgent qu’il a été ramené à 1,5 C°. Que représentent-ils ? Le seuil du réchauffement climatique à ne pas dépasser si l’on veut éviter les inondations, les raz-de-marée, les catastrophes environnementales de toutes sortes, avec les catastrophes en chaîne qui en découlent pour toutes les économies du monde. La température de la planète a augmenté d’un degré au cours du siècle dernier, mais les prévisions indiquent que le demi-degré restant sera atteint entre 2030 et 2040.

Une dureté authentique et sincère

Greta a décidé de prendre une année sabbatique, de parcourir le monde (pas en avion, ça pollue trop) et de parler à un maximum de personnes, notamment aux dirigeants du monde, pour les inciter à prendre des mesures concrètes, avant qu’il ne soit trop tard. Nous espérons qu’ils nous écouteront.

Les mots de Greta sont souvent durs, certains croient qu’ils ne sont pas les siens, mais il suffit d’entendre son discours devant une assemblée pour percevoir combien cette « dureté » est authentique et sincère, car il n’est plus question d’utiliser des demi-mots. Le fait que ce soit une jeune fille d’à peine 16 ans qui prenne en charge une situation qui était hors de contrôle depuis des années fait sourire. Mais cela provoque aussi une petite colère, car cela montre que de nombreuses nations du monde sont sous la responsabilité de quelqu’un qui n’a pas une idée très claire des priorités. Et l’avenir de la planète, la seule que nous ayons, est certainement LA priorité.

Pourquoi parrainer une ruche ?
Posidonia Green Festival : l’art et la culture pour un avenir durable.