Un changement de la politique monétaire de la BCE est peu probable

Publié le : 22 septembre 20225 mins de lecture

Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) se réunit à nouveau pour discuter de la politique monétaire. Cependant, les experts financiers ne s’attendent pas à un changement de la politique actuelle des taux d’intérêt. Toutefois, les critiques concernant les faibles taux d’intérêt se poursuivent.

Experts : La BCE ne changera pas de politique monétaire

Les économistes ne s’attendent à aucun changement de politique monétaire lors de la réunion du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE). L’une des raisons invoquées est l’élection présidentielle en France. « Il est très peu probable que la BCE fasse quoi que ce soit qui pourrait affecter les attentes du marché entre le premier et le second tour de l’élection présidentielle française », a déclaré un économiste en chef. Les Français décideront le 7 mai si l’ex-ministre de l’économie pro-européen Emmanuel Macron ou Marine Le Pen du Front national d’extrême droite s’installeront au Palais de l’Élysée. Un économiste en chef a loué le rôle de Mario Draghis en matière de politique monétaire dans le contexte de la montée des populistes en Europe. Il a déclaré que la reprise économique dans la zone euro mettrait un frein aux partis populistes, mais que la reprise « ne suffit pas pour les faire disparaître à nouveau », a-t-il déclaré. Draghi lui-même a récemment qualifié la politique monétaire de la BCE de « socialement progressiste » car elle encourage la consommation, l’investissement et l’emploi. Un professeur à l’université d’économie et de gestion de Vienne a par contre critiqué une conséquence de la politique de taux d’intérêt bas de la banque centrale. « Les banques qui se financent lourdement par les dépôts bancaires commencent maintenant à accorder des prêts particulièrement risqués », a-t-il déclaré dans une interview. Sinon, ils n’auraient plus aucune autre chance de générer des revenus.

Autres nouvelles importantes

Kemmer demande une exemption partielle des intérêts négatifs

Michael Kemmer, directeur général de l’Association bancaire allemande, a appelé à un allègement pour les banques en raison du poids des taux d’intérêt négatifs. Afin de « limiter au moins partiellement les dommages collatéraux causés par les taux d’intérêt négatifs des banques centrales, il serait judicieux d’exempter dans une certaine mesure l’excès de liquidités des banques à la BCE des taux d’intérêt négatifs », a-t-il écrit dans un article publié aujourd’hui. Kemmer a fait référence à la Banque du Japon (BOJ) et à la Banque nationale suisse (BNS). Tous deux utilisent cet instrument depuis un certain temps.

Zypries relève ses prévisions de croissance pour l’économie allemande

Le gouvernement a revu à la hausse aujourd’hui ses prévisions de croissance économique. Pour l’année en cours, il sera porté de 1,4 à 1,5 %, a-t-on dit. « L’économie allemande affiche une croissance solide », a déclaré la chef du département, Brigitte Zypries. « Et ce malgré un environnement mondial caractérisé par des impondérables. » Pour 2016, Zypries s’attend toujours à une hausse de 1,6 %.

Obligations d’État sur les bilans des banques : Le Comité de Bâle veut une réforme

Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a inscrit le sujet « Traitement réglementaire des obligations d’État dans les bilans bancaires » à son ordre du jour pour cette année et l’année prochaine. C’est ce qui ressort du programme de travail de la commission, qui vient d’être publié. Dans le passé, le ministère allemand des finances et la Bundesbank en particulier avaient critiqué à plusieurs reprises le fait que les banques n’étaient pas tenues de garantir les obligations d’État en euros par des fonds propres ou d’appliquer la règle dite des grands risques.

Les banques cherchent des bureaux à Francfort

Compte tenu du retrait imminent du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE), les institutions financières qui y sont basées recherchent de plus en plus des bureaux à Francfort. « Rien ne s’est passé l’année dernière, mais cela a fondamentalement changé au cours du premier trimestre de cette année », a déclaré Carsten Ape de l’agence immobilière CBRE dans une interview publiée aujourd’hui. « Les banques examinent maintenant très sérieusement les emplacements spéciaux. » Un directeur de l’investissement chez un agent immobilier connu estime qu’il n’y a pas assez de bureaux disponibles pour toutes les parties intéressées.

Le dimanche, nous votons, réflexions.
15 faits que vous devez savoir sur l’histoire du vote des femmes

Plan du site